• Chouette, un thème naturaliste, voilà qui me va bien ! Mais il y a du vent, il fait froid et pluvieux, et j'ai la flemme de sortir faire des photos. Alors j'ai une fois de plus fouillé dans mes archives...

    Voici des bourgeons d'orme, non pas vus en fin d'hiver mais en septembre !

    bourgeons d'orme

    On voit bien, sous le bourgeon, la cicatrice qu'a laissé le pétiole de la feuille qui est tombée. Le rameau est finement velouté de gris, et les bourgeons sont petits, bruns, serrés et brillants.

     

    Un peu hors-jeu comme "premier bourgeon", les bourgeons de fleurs et de feuilles de mon brugnonier, qui commencent à s'ouvrir. Mais ils sont si beaux, avec leur fine pilosité blanche !

    boutons-pecher-copie-1.jpg

     

    Et voici les bourgeons de frêne, reconnaissables à leur forme, un épais cône de velours noir. De part et d'autre du bourgeon apical (terminal) qui va donner le nouveau rameau, les bourgeons latéraux ont commencé de s'ouvrir et de montrer leurs étamines pourprées.

    frene-fleurs-copie-1.jpg

    Une autre vue des bourgeons de frêne...

    fleurs femelles de frêne

    Les feuilles commencent à se déplier, les fleurs sont très différentes des précédentes, peut-être essentiellement femelles ?

     

    Bon, passons à de "vrais" premiers bourgeons : ceux du prunellier, qui sont très précoces. À leur rondeur, leur couleur, on devine qu'il s'agit de bourgeons de fleurs. Comme le frêne, et comme beaucoup de fruitiers, le prunellier fleurit avant de montrer ses feuilles.

    prunellier-bourgeons-copie-1.jpg

     

    Allez, encore un peu de patience avant le retour du printemps !


    7 commentaires
  • Le département de l'Aude, tout proche de chez moi, procède depuis quelques mois à des abattages massifs et injustifiés de centaines, voire milliers de platanes de bords de routes. L'association Arbres et Routes, appelée par des habitants et des associations locales que ce massacre bouleverse et révolte, propose diverses actions.

    D'une part, il y a le scandale écologique que constitue l'abattage massif d'arbres souvent centenaires en ces temps de changement climatique. D'autre part, il y a le mensonge des partisans de l'abattage quand ils prétendent agir au nom de la sécurité routière : de nombreuses études ont montré que l'éradication des alignements de bord de routes n'influe pas positivement sur les risques que fait courir, en réalité, le comportement des automobilistes. Enfin, il y a un scandaleux déni de démocratie : cette destruction massive de notre patrimoine est perpétrée avec notre argent de contribuable mais sans que nous soyons consultés et même sans que nous en soyons prévenus : vous rentrez le soir chez vous et les arbres qui, ce matin encore, ombrageaient votre trajet quotidien ont disparu, volatilisés ! Même les mairies ne semblent pas averties des "travaux" menés sur leur commune.

    Pendant que ceux-ci sont encore là, regardez-les bien ! À gauche, c'est le long du Canal du Midi, à droite le long de l'ex-RN113, j'ai oublié le numéro de route départementale qu'elle porte maintenant.

    platanes seuil de naurouze

    Magnifique, non ?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique