• La tétragnathe

    Autour de la maisonnette que je loue, il n'y a que très peu de terrain, surtout une grande terrasse plein sud qui me tient bien chaud l'été, et une minuscule plate-bande à l'est, bordée de beaucoup de carrelage, tristesse et désolation... Et au nord, un bout de jardin de quinze mètres carrés. Mais j'ai tellement planté de végétaux que ces quelques mètres carrés regorgent de vie. Ainsi, outre la thomise rose, la zygielle et l'hyptiote, la diodie tête-de-mort, j'ai aussi observé une tétragnathe.

    Facile à reconnaître, avec son abdomen allongé et ses interminables pattes aux articulations enflées. Là, elle court se mettre à l'abri. Et hop, où est-elle ?

    Pas mal, non ? Les deux paires de pattes antérieures allongées devant elle, les deux paires postérieures étirées en arrière, en contact avec la toile. En me penchant, j'ai l'observer un peu mieux. Elle a un joli motif ondulé sur l'abdomen mais je n'ai pas réussi à voir son dos. Et je n'ai pas non plus revu cette araignée, je ne sais pas où elle a disparu (partie ailleurs ? mangée ?)

    On voit bien ses articulations enflées. On aperçoit aussi ses chélicères. Là, on les voit encore mieux.

    Les chélicères, ce sont deux redoutables crochets que la plupart des araignées possèdent autour de la bouche, et qui leur servent à attraper leurs proies et surtout à leur injecter le venin qui va les paralyser : l'orifice par où sort le venin est situé tout au bout des chélicères.

    Certaines espèces utilisent les chélicères pour s'occuper de leur cocon d'oeufs mais ceci est une autre histoire.

    La toile des tétragnathes est reconnaissable, elle a un trou au centre. Mais d'autres espèces ont des toiles trouées comme ça (les métas). Elle se caratérise aussi par le petit nombre de rayons (moins de vingt ; ici il y en a seize) et elle est souvent horizontale.

    Ma tétragnathe semble être Tetragnatha extensa mais cette espèce vit dans des lieux humides. Mon quartier est construit autour de ce qui fut un ruisseau (et qui a été enterré sous le trottoir, quelle pitié !) et reste frais et humide mais quand même... Alors je ne sais pas trop.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Juillet 2009 à 22:37
    Vraiment très chouette et instructive cette série sur les araignées! merci Alouette!
    2
    Dimanche 5 Juillet 2009 à 07:05
    Mais quel bonheur que les araignées sont si petites! Sinon elles seraient les êtres très dangereuses... Quant à moi, j'ai peur d'elles dès mon enfance, je ne sais pas pourquoi.
    3
    guy
    Dimanche 5 Juillet 2009 à 18:36
    passionnant !
    4
    Lundi 6 Juillet 2009 à 23:42
    J'aime bien ces araignées, elles ont parfois de beaux reflets metalliques.
    5
    Mardi 7 Juillet 2009 à 12:08
    elle est marrante celle-là, je n'en avais jamais vu! on imagine pas qu'il y a tant de différentes araignées. gros bisous. cathy
    6
    Mardi 26 Janvier 2010 à 19:13
    Jolies makros d'arachnides et de correctes légendes... Bravo !
    Pour les Tetragnathe, je suis comme toi... j'en ai plein mon jardin (à certains moments) alors que je n'ai pas d'eau aux alentours (j'habite en hauteur...) mais mon jardin plein nord explique peut-être cela ?
    Vivement toutes celles que tu as "sous le coude" !! :-))
    Richard
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :