• Orchidées du Lauragais (1. début avril)

    Aujourd'hui, des orchidées du genre Ophrys, vraisemblablement Ophrys arachnitiformis mais les Ophrys sont si variables que ce n'est pas toujours évident de s'y retrouver, sans compter que les botanistes ne sont pas tous d'accord entre eux !

    Donc, aujourd'hui, sur la prairie proche de mon lopin, sèche, calcaire et ensoleillée, typique "prairie à orchidée", j'ai trouvé ces cinq exemplaires, et d'autres. Ici, Ophrys arachnitiformis est une des toutes premières à fleurir.

    D'abord celle-ci, labelle brun, dessin argenté dessus, pétales et sépales vert pâle.

    Ophrys Puis celle-là, avec un labelle carrément rouge, des pétales et des sépales blancs. Ne dirait-on pas une grosse araignée sans pattes, qui nous regarde avec ses gros yeux tristes ?

    Ophrys

    Ensuite, une Ophrys complètement bizarre : sur deux fleurs, pas de labelle mais des pétales roses, sur la troisième, à droite, un labelle mais pas de pétales !

    Ophrys Et puis celle-ci, tournant vers le ciel un étonnant labelle rouge et bleu ; avec ses sépales et pétales blancs, elle est presque patriotique

    Ophrys

    Enfin, une autre Ophrys, photographiée à contrejour, au labelle bien brun. Au-dessus du labelle, comme un oiseau prêt à s'envoler, c'est le gynostème, contenant les pollinies (pollen aggloméré en boules : les yeux globuleux de l'oiseau) et la surface stigmatique (là où le pollen d'une autre fleur doit être déposé pour permettre la fécondation, invisible sur cette image)

    Ophrys Les orchidées sauvages me fascinent.

    Par leur discrétion : les plantes mesurent rarement plus de vingt centimètres de haut, les fleurs à peine plus d'un centimètre. Elles se méritent.

    Par leur beauté : je trouve magnifique le velours souvent d'un beau brun chaud du labelle (je ne les ai pas photographiées aujourd'hui, celles-là, car j'en ai déjà des dizaines, des centaines en diapos ! Mais il me manque le scanner adapté pour les mettre sur mon blog ) et ce petit miroir argenté aux formes si variées : H ou taches, selon les spécimens. J'aime aussi l'aspect cireux des pétales verts, et cette brillance des sépales et pétales quand ils sont blancs ou roses, comme de la neige.

    Enfin, leur variabilité est vraiment étonnante, comme en témoigne ce bref aperçu. J'y reviendrai, car j'ai une passion pour les orchidées de par chez-nous.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Avril 2009 à 17:05
    Très belles ,pas faciles à nommer.... elles finissent peut être par s'hybrider...A+.Martine.
    2
    Jeudi 9 Avril 2009 à 08:17
    Merci pour les photos! J'adore les premières fleurs du printemps, qui sont si belles et si fortes! J'adore d'observer leur croissance - c'est la vie en sa force pleine.
    Bonne journée et beau temps!
    3
    mom
    Samedi 11 Avril 2009 à 16:01
    jolie fleur bon we
    4
    Mardi 14 Avril 2009 à 19:02
    Très mignons ces ophrys, j'aime moi aussi ces fleurs si mystérieuses (en tout cas dans leur identification !)je vois avec plaisir qu'elles sortes à la même période un peu partout et surtout qu'elles fascinent d'autres personnes !
    Amicalement et orchidodépendament.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :